le curé de tours

 

 

balzac le curé de tours balzac le curé de tours balzac le curé de tours

 

L’abbé Birotteau, dont la seule ambition et de devenir chamoine, vit dans une tranquille béatitude. Mais, peu intelligent, il froisse la vanité et la susceptibilité de sa logeuse, Mlle Gamard, une vieille fille malfaisante, aigrie, rancunière, qui le prend dès lors en grippe. N’ayant dans l’esprit que la perte de l’abbé Birotteau, Mlle Gamard est aidé dans l’ombre par l’abbé Troubert, rusé, fin et intelligent. Il finira par entrer en possession de tous les biens de Birotteau. Ce dernier, un moment défendu par la noblesse de Tours qui se ravisera en comprenant que son intérêt est de ne pas heurter l’abbé Troubert dont la puissance grandit, se retrouvera seul, destitué de toute charge ecclésiastique.



PUBLICATION

1ère édition : paraît sous le titre « Les Célibataires » au tome III de la 2e édition des Scènes de la vie privée publiée à partir de mai 1832 chez Mame et Delaunay.
2e édition : entre dans ls Scènes de la vie de province au tome IV des Etudes de mœurs, chez Mame et Delaunay en 1833
3e édition : 2 volumes chez Charpentier en 1839
En 1842, le récit prend le titre « Le Curé de Tours » pour l’édition de la Comédie Humaine, chez Furne.

l'oeuvreaccueil