madame firmiani

 

 

balzac madame firmiani


M. de Bourbonne, oncle d’Octave de Camps, s’inquiète de voir son neveu dilapider sa fortune pour une certaine Madame Firmiani. Il vient à Paris pour en apprendre plus. Il s’avère Mme Firmiani est une femme parfaite et qu’Octave et elle se sont mariés en secret.


PUBLICATION

Février 1832 dans « La revue de Paris »
Octobre 1832 dans « Les Nouveaux contes philosophiques » (1 volume in-8, Gosselin, Paris, 1832)
Cette nouvelle entre en 1842 dans le tome V de la Comédie Humaine

Dédié à Alexandre de Berny en 1842


l'oeuvreaccueil