la grenadière

 


balzac la grenadiere

 

 

La triste fin de Lady Bradon, qui se retire à la campagne, à la Grenadière, avec ses deux fils adultérins, rejetée par son mari et par la société.



PUBLICATION

Paraît en octobre 1832 dans « La revue de Paris », puis pour la première fois dans le tome II de la 1ère édition des Scènes de la vie privée de province, en 1839. En 1842, fait partie du tome II de la Comédie Humaine

Les premières éditions portent comme dédicace : A Caroline – A la poésie des voyages
Le Voyageur reconnaissant.
Dédié à D.W. (Denise Wylezinska, édition Furne « corrigé »)

 

l'oeuvreaccueil