modeste mignon

 

 

balzac modeste mignon balzac modeste mignon balzac modeste mignon balzac modeste mignon

 

Le Havre. Le comte Migon de la Bastie, parti en Asie mineure refaire sa fortune, a laissé sa femme et sa fille aux soins de son fidèle ami Dumay, chargé de veiller spécialement sur sa fille Modeste, afin que nul homme de puisse la séduire, pour éviter de renouveler l’éclat déjà produit par la conduite de sa sœur Caroline.
Modeste s’est idéalement éprise du poète Canalis, dont elle admire l’œuvre. Elle lui adresse une lettre, mais Canalis, dédaigneux, laisse son secrétaire Ernest de la Brière répondre à sa place. Une correspondance s’engage alors et le jeune homme devient amoureux fou de Modeste. Quelques mois plus tard, le père de Modeste ayant refait fortune, rentre en France. La Brière lui révèle la vérité et lui demande la main de sa fille. Le comte décide de laisser choisir Modeste entre le véritable Canalis et La Brière, en les conviant tous les deux à son château. A ces deux soupirants, s’ajoute le duc d’Hérouville. Modeste, vexée d’avoir été trompée par La Brière, lui bat froid, mais elle finit par lui reconnaître de véritables qualités et l’épouse.



PUBLICATION

Publié en 3 parties par « Le journal des débats », du 4 avril au 21 juillet 1844.
1ère édition : Chlendowski (4 volumes), Roux et Cassenet sous le titre « Modeste Mignon ou les trois amoureux », Arnaud de Vresse sous le titre « Les trois amoureux ».
Tous ces exemplaires, 1844, forment la 1ère édition 1845. Entre dans le tome IV de la Comédie Humaine

Dédié « A une polonnaise »

 

l'oeuvreaccueil