pierrette

 

 

balzac pierrette balzac pierrette balzac pierrette

 

Mlle Rogon et son frère, vieux célibataire, merciers à Paris, prennent leur retraite et reviennent dans leur ville natale, Provins. Mlle Rogon a des prétentions. Elle pense que l’argent qu’elle a amassé à Paris lui apportera la considération à Provins. Elle va être détrompée. La bourgeoisie locale la boude. Mlle Rogon fait venir de Bretagne sa nièce Pierrette, jeune orpheline, pour s’occuper d’elle et rompre sa solitude et celle de son frère. Mais l’enfant, fraîche, innocente et simple, a plus de succès qu’elle à Provins. Jalouse, mesquine, manquant complètement de cœur, Mlle Rogon va prendre en haine la pauvre Pierrette, jusqu’à en faire sa servante. Pierrette tombe malade, sa tante refuse de la faire soigner, et Pierrette meurt, avant que sa grand-mère, arrivée de Bretagne, puisse la sauver. Sa maladie et sa mort sont l’enjeu de différents partis politiques de la ville, des clans essaient de s’approprier le fortune des Rogon. Le souvenir de la pure jeune fille est même sali après sa mort.


PUBLICATION

Paraît en feuilleton dans « Le Siècle » du 14 au 27 février 1840.
Paraît à la fin de l’année 1840 chez Souverain en 2 volumes.
Entre en 1843 dans le tome V de la Comédie Humaine, Scènes de la vie de province


Dédié à Anna de Hanska

l'oeuvreaccueil