ursule mirouet

 

 

balzac ursule mirouet balzac ursule mirouet balzac ursule mirouet balzac ursule mirouet


Nemours. La santé du docteur Minoret est étroitement surveillé par ses héritiers, car le docteur devient très vieux, possède une immense fortune et n’a pas d’enfants, sauf la pupille qu’il a élevée, Ursule Mirouët, qu’il aime comme sa fille et à qui , vraisemblablement , il doit léguer sa fortune. Or au cours d’une séance de « magnétisme », le docteur Minoret apprend qu’Ursule est amoureuse de leur jeune voisin, le vicomte de Portenduère. Mais celui-ci est en prison pour dettes. Le docteur Minoret prête au vicomte l’argent nécessaire pour obtenir sa libération. Le jeune homme revient à Nemours et s’éprend d’Ursule, mais sa mère, la comtesse de Portenduère, refuse que son fils se mésallie avec une roturière.
Les mois passent. A la mort du docteur Minoret, son neveu Minoret met la main sur son testament, établi en faveur d’Ursule et le détruit. La jeune fille se retrouve entièrement dépouillée. Minoret essaie de se débarasser définitivement d’Ursule en la calomniant par des lettres anonymes. La jeune fille fait des rêves dans lesquels son tuteur lui révèle que c’est Minoret qui a dérobé son testament et dans quelles conditions. Hanté par les remords, rongé par la mort de son fils, vue par Ursule dans l’un de ses rêves, Minoret finit par rendre sa fortune à la jeune fille qui épousera le vicomte de Portenduère.


PUBLICATION

Le première édition d’Ursule Mirouët paraît en 1842 chez Souverain (2 volumes in-8) et en 1843 dans le tome I de la 3e édition des Scènes de la Vie de province (1ère édition de la Comédie Humaine)

Dédié à Sophie Surville

l'oeuvreaccueil